Nick Zegel, Directeur Artistique de Girl Skateboards

Nick Zegel portrait for Girl Skateboards

📸 Grant Puckett

Sans tomber dans l’idolation, vous pouvez voir que je suis particulièrement fan de la direction artistique des séries de boards Girl, du choix du thème à la réalisation, en passant par la mise en avant des planches dans les photographies. Quand j’ai su le nom du mec derrière ça, je me suis dit qu’il était temps de le mitrailler de question.

 

Bonjour Nick, super content de pouvoir te cuisiner de questions ! Tout d’abord, est-ce que tu peux nous en dire plus sur toi ?

Je suis originaire du New Jersey et j’ai grandi dans la banlieue à l’extérieur de Philadelphie. J’ai passé beaucoup de temps dans les bois derrière ma maison familiale, à construire des forts avec des amis et imaginer des mondes plus grands et plus excitants que les miennes. On empilait des bâtons et construisait des structures, fabriquait des pièges et nettoyait la saleté de notre royaume!

Nick Zegel x Girl Skateboards

J’avais peur de faire le saut, mais j’étais motivé par le regret que je pourrais ressentir…

Nick Zegel x Girl Skateboards

Vers la troisième année (équivalent CE2), j’ai reçu ma première planche à roulettes pour Noël et je l’ai ajouté à la liste de mes intérêts croissants, qui comprenaient notamment le dessin, le football, le basketball, les jeux vidéo et la liste continue. Avance rapide jusqu’à l’école secondaire et je me suis mis à poursuivre un Bachelor of Fine Arts à l’université de Boston.

Au même moment, je venais de me proposer volontairement pour travailler gratuitement pour un couple de gars qui commencent une marque de surf au New Jersey. Entre les cours de studio et les projets collégiaux, j’ai commencé à consacrer de plus en plus de temps à construire une marque avec des amis.

Nick Zegel x Girl Skateboards

Après avoir obtenu mon diplôme en 2007, j’ai déménagé à Philadelphie pour continuer à poursuivre des projets entrepreneuriaux et mes humbles débuts en tant que freelance designer & artiste. En 2010, j’ai reçu un appel d’un ancien mentor me demandant si je voulais déménager en Californie pour un travail. J’avais peur de faire le saut, mais j’étais motivé par le regret que je pourrais ressentir si je loupais l’opportunité. Ça fera 7 ans que j’ai bougé en août!

 

Comment est-ce que ta vie t’as amené au graphisme ? Et dans le graphisme de skateboard ?

Je pense que de nombreuses manières, je suis né avec un amour pour le design. Ma mère et ma tante avaient tous deux poursuivi des carrières en tant qu’artistes et designers et mon père a dirigé une petite entreprise de design d’exposition. J’ai été présenté aux arts et encouragé à les poursuivre à un âge précoce, mais ce n’est que lorsque j’ai emprunté le caméscope familial que j’ai trouvé le design tel que je le connais aujourd’hui.

J’ai commencé à filmer des potes en skate, en train de surfer et je voulais toujours partager les vidéos. C’était au début de l’ère d’internet, mais j’ai commencé à apprendre à transférer la vidéo au numérique et à éditer de petits clips de 15 secondes. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à créer un site pour partager les clips et que j’ai vraiment commencé à me trouver dans le design. J’avais créé mon propre problème et j’utilisais le design, et certaines compétences de développement que j’avais appris au cours des années pour résoudre le problème. Très vite, j’ai designer et construit un site que j’ai marqué et commencé à promouvoir.

Glitch mode series par Girl Skateboards

Concernant les graphiques de planche, je pense que tout designer qui a posé le pied sur un skateboard aimerait avoir l’opportunité de concevoir des board. J’ai eu la chance d’illustrer quelques boards pour un ami que j’ai rencontré par Internet lorsque je faisais tourner mon site. Je n’ai jamais vraiment voulu faire du design de board. J’ai choisi le design pour mon amour pour la résolution visuelle de problèmes.

 

Tu as déjà eu l’occaz de bosser sur des supports comme le snow ou surf ? Ca t’as plus / te plairait ?

J’ai effectivement déjà eu la chance de concevoir pour l’industrie du surf et du snowboard. Tout comme le skate, je fais du surf et du snow et je suis très passionné par les deux, si bien que la chance d’appliquer mon amour pour le design avec mes autres intérêts rend vraiment mon travail fun et intéressant.

Ma première planche à roulettes était une board Girl en 1993 et je me suis : « Et merde, laissez-moi voir ce qui se passe là-bas! ».

J’ai vu que tu as bossé pour Quicksilver. Tu faisais quoi avant de bosser pour Girl Skateboards ?

Comme je le disais, j’ai commencé à travailler avec des amis sur une petite marque dans le New Jersey (Jetty) et, au fil des années, nous avons développé cette chose et consacré énormément de temps et d’énergie. On m’a offert la chance de devenir un partenaire de la marque, alors j’ai sauté sur l’occasion mais après plusieurs années après l’université, nous étions encore en difficulté pour gagner un rond avec la marque. Tout ce qui entrait, retournait directement dedans. J’ai été contacté par Quiksilver qui m’a demandé de faire un entretien pour un poste de designer au sein du département marketing de Roxy (la marque féminine de Quiksilver).

Après le déménagement en Californie et quelques années merveilleuses pour cette énorme marque de surf, j’ai décidé de quitter le bateau et de travailler pour une petite marque. J’ai rejoint une marque appelée ambsn (prononcé ambition) et j’ai commencé à travailler avec eux pour la construire. C’était une petite opération et il fallait beaucoup d’engagement et de travail. C’était une excellente expérience d’apprentissage et nous avons fait un excellent travail avec peu de ressources, mais j’ai finalement décidé de quitter et de poursuivre le design en tant qu’artiste autonome. J’ai loué un espace d’un ami pour me mettre en place avec un environnement de travail plus formel et m’encourager à rester sur un calendrier régulier de peur de perdre mes week-ends à l’hâte freelance.

Après une période assez réussie de deux ans en freelance, j’ai répondu à un appel pour le poste de Directeur artistique chez Girl Skateboards. Un ancien de mes patrons, Craig Metzger de Roxy avait travaillé dans le skate et est entré en contact avec Andy Jenkins, alors il m’a fait passer l’offre d’emploi.Ma première planche à roulettes était une board Girl en 1993 et je me suis : « Et merde, laissez-moi voir ce qui se passe là-bas! ».

The Juicy Logo Series by Nick Zegel

The Juicy Logo series designé par Nick Zegel pour intégrer l’équipe the Girl

Et comment tu en es venu à devenir le DA de la marque ? Ton boulot consiste en quoi précisément ?

Après avoir passé un entretien pour le taff dec Andy Jenkins, on m’a donné un projet de test ! Je me suis engagé à travailler gratuitement et j’ai passé 3 bons gros jours à construire un projet de test et une présentation pour obtenir le travail. Je pensais que si je devais le faire, autant le faire à fond. J’ai fini par appeler Andy une ou deux semaines plus tard et il m’a invité à faire partie de the Art Dump. C’était probablement le moment le plus excité de ma carrière.

Mon travail quotidien chez Girl est de gérer tout le design graphique de la marque Girl et de gérer la charge de travail pour les autres marques, Chocolate & Royal, ainsi que des projets liés à Crailtap et Fourstar. Nous travaillons à la conception de nouvelles collections de produits huit fois par an. En plus de développer des produits, nous sommes également en train de concevoir et d’exécuter le déploiement de nouveaux produits, la gestion et la conception de toutes les propriétés Web de l’entreprise, et nous essayons de nous échapper pour un déjeuner skate dans le parc.

Contemporary OG series by Girl Skateboards

 

Comment vous faites pour sortir un nouveau concept de séries ? Ça doit pas mal cogiter avant de se dire boom on fait ça !
Comme je le disais, nous produisons 8 collections de produits chaque année, si bien que le processus de conception et de design de nouvelles séries ne s’arrête jamais. Nous avons généralement des discussions quelques semaines avant chaque date limite et the Art Dump (département du design) travaillons tous à esquisser des idées et à tirer de l’inspiration pendant la gestion de la charge de travail au jour le jour. Rick (Howard) joue un grand rôle dans la décision finale quant à ce que les graphiques et les séries volent, mais avant que nous puissions obtenir une réponse de Rick, qui vient habituellement à la dernière minute, nous travaillons en groupe pour critiquer les concepts et décider lesquels valent la peine d’être poursuivis.

 

D’ailleurs, de la réflexion à la sortie d’une série, il se passe en général combien de temps ? Et vous avez un certain process de création ?

Nous travaillons à développer des graphiques environ 6 mois avant leur arrivée dans les rues. Nous allons travailler pendant environ un mois pour concevoir de nouvelles séries, des softgoods et des accessoires, puis nous expédions les fichiers graphiques pour l’échantillonnage. Dans le même temps, nous travaillons à designer et à rassembler tous les nouveaux produits dans un catalogue que l’on partage à l’équipe de vente pour qu’ils fassent leur part. Nous voyons généralement des échantillons quelques mois plus tard et si tout va bien, nous commençons à photographier les produits et à construire des éléments pour les équipes de vente et de marketing à utiliser. C’est là que nous avons une dernière chance d’apporter des modifications aux graphiques / couleurs / etc…

Nick Zegel x Girl Skateboards Nick Zegel x Girl Skateboards

Je suis particulièrement fan de la série Twisted OG. Est-ce qu’il y en a une en particulier dont tu es ultra satisfait ?

La Twisted OG est certainement une de mes préférées et elle a été bien accueilli par une grande partie de l’équipe ce se sent toujours bon. C’est formidable de faire apparaître des éléments graphiques très forts dans des vidéos et des photographies.

Le graphique lui-même a été déclenché par une image que j’ai longtemps admirée, une couverture de livre de feu Fred Troller. J’avais reproduit l’image Troller des années plus tôt juste pour pouvoir l’encadrer et l’apprécier. Passer tant de temps avec l’image m’a poussé à commencer des dessins en ligne pour explorer pourquoi l’image était si satisfaisante pour moi.

Un jour, il y a eu le déclic et j’ai vu le logo Girl, rendu dans ce style. Après quelques esquisses, la série est venue assez rapidement, mais le process a pris des années.

Nick Zegel x Girl Skateboards

D’un côté, les planches abordent de plus en plus des plys de bois apparent à travers le dessin et les graphismes ultra provocateurs des années 90 sont moins omniprésents. Comment est-ce que tu vois évoluer les graphismes de skate dans les années à venir ?

J’aime penser que tout ce qui existe a un cycle naturel et l’on verra à quel âge les anciens seront devenus les nouveaux et que les nouveaux seront devenus vieux. La barrière pour l’entrée sur le marché des planches a longtemps été diminuée. Toute personne avec quelques centaines de dollars peut mettre n’importe quelle image sur une board. Ce qui deviendra plus important que n’importe quel graphique sera ce que représente le graphique ou la marque. Avec un marché de plus en plus concurrentiel et une mer de graphiques incroyables, il incombera au consommateur de déterminer où vont les graphiques.

Beaucoup de revendeurs s’égareront des graphismes nerveux et provocants. Il est facile de comprendre pourquoi, mais les décisions doivent être faites pour les revendeurs et les marques quant à ce qu’ils veulent défendre et si elles sont prêtes à sacrifier des ventes pour s’affirmer leurs valeurs. Le skateboard était autrefois une poursuite jugée juste adaptée aux exclus et aujourd’hui elle est largement acceptée et défendue.

Quels sont les projets sur lesquels tu taffes en ce moment ?

Nous avons une collaboration très exitante avec Kodak and Girl dans les cartons à venir plus tard cet été. Lakai finit tout juste de terminer un long métrage, donc, dès que ça sortira, je pense qu’il y aura à nouveau de la place pour explorer plus de projets de production de films liés à Girl and Chocolate.

Sur le côté graphique, nous nous concentrons sur des graphismes ponctuels au cours des prochaines semaines, et nous sommes déjà en train de réfléchir à ce que l’on sortira janvier prochain. Il y a déjà des propositions intéressantes sur la table, nous devrions avoir un passionnant six mois de création de travaux jusqu’à l’année prochaine !

New Cory Kennedy one-off deck

Nouvelle planche Cory Kennedy

Sean Malto's new one-off deck

Nouvelle planche Sean Malto

 

 

Et 8 dernières questions en speed :

PIÈCES UNIQUES OU PRODUCTION DE MASSE : Production de masse.

FEUILLE DE PAPIER OU TABLETTE GRAPHIQUE : Papier.

SKATE & CREATE OU SKATE & DESTROY : Skate & Create et ensuite Destroy.

CE QUI TE BOOSTE : Café noir glacé, les Buffalo Wings, et de la bonne musique en live.

CE QUI TE RALENTI : La bureaucratie, l’indécision et le manque de commentaires sincères.

TRICK PRÉFÉRÉ : Le frontside rock-n-roll (si je suis sur une board) et quelque chose comme le kickflip backside lip slides.

SKATER PRÉFÉRÉ : Fritz Mead.

TON RÊVE : Mon ami et mentor Richard Cardona a écrit une fois que je souhaiterais «rien de mieux que d’expérimenter tous les médias et tous les styles connus de l’humanité, tout en inventant son propre langage visuel» et je dois dire que je suis d’accord. C’est le rêve!

 

Merci pour toutes ces réponses Nick ! Un dernier truc à rajouter ?

Avoir une approche des choses honnête et garder l’esprit ouvert. En ce qui concerne le skateboard ou le design, essayons tous un peu plus fort de nous comprendre et de nous entendre. Nous vivons dans des moments difficiles, alors souvenons-nous que nous avons de la chance de faire du skateboards, de poursuivre nos passions et de la chance pour nos libertés. Merci de m’avoir reçu sur TheDailyBoard !

www.nickzegel.com
www.girlskateboards.com

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *