Etienne Bouet Mathieu Claudon Skate Interview

Se bouger pour se réaliser, c’est clairement la maxime qui me vient quand je pense à Etienne BOUET & Mathieu CLAUDON. A la 7e édition du Wheels & Waves Biarritz, les gars étaient à 200% pour présenter leur art, échanger avec les légendes Christian HOSOI & Steve CABALLERO ou profiter des bières fraîches du festival. Bref, je suis ravi d’avoir pu aller encore plus loin que nos dernières discussions !

Hello Étienne & Mathieu, content de vous avoir ici ! Vous avez plein de bonne chose pour la rentrée mais d’abord, dites-en plus sur vous. Étienne, toi t’es quand même un sacré chat au niveau de ton parcours. Est-ce que tu peux exposer tes différentes vies ?

En résumé, les années 90 c’était pour moi le collège, le lycée, le skateboard, la découverte de la musique et de la skate culture en général. Un peu avant 2000, je suis comme on dit “monté à Paris” pour faire des études d’ingénieur du son.

Niveau skate, c’était la grande époque du spot de Bastille (boulevard Richard Lenoir, maintenant antiskaté) dont j’étais devenu un local, mais je skatais aussi Le Dôme, Bercy, La Villette et les bassins de la Tour Eiffel. Ma belle époque du skate !!!

j’ai pris un taff “normal” mais j’ai dérivé à nouveau…

Sinon, professionnellement, je suis passé d’ingé son à musicien et j’ai fini par passer ma vie en tournée et en studio avec le groupe ENHANCER (néo métal/Barclay Universal). Plus quelques side projects, notamment des Remix pour le groupe La Caution, des minis albums orientés Abstract HipHop, Drum’n’Bass, Ragga, Electro dont un avec la marque de skate ZOO YORK.

Ensuite, durant les années 2010, j’ai pris un taff “normal” mais j’ai dérivé à nouveau en commençant la réalisation de mon premier livre “Skateurs Ordinaires” en 2013 puis “Paris, Skate in The City” avec Mathieu Claudon (Editions Eyrolles, 2014). Ensuite, on en est arrivé à l’art contemporain avec RED XV et maintenant la série Unconcrete Architects.

Etienne Bouet Mathieu Claudon Skate Interview 9

Je commençais à m’ennuyer sur ma board, j’avais perdu du pop, la motiv, je venais d’être papa…

Et toi Mathieu ?

Ah ah ah ah ! Mon parcours est un peu plus linéaire !

J’ai commencé le skate en 1988. Suite à un déménagement, je me suis retrouvé sans pote dans une petite ville de Normandie. En cherchant un magazine pour m’occuper, à la maison de la presse locale, je suis tombé sur Bicross & Skate Magazine, puis NOWAY. J’ai découvert tout un nouveau monde, ma vie ne serait plus jamais la même.

L’année de mon bac, j’ai commencé à chercher un job pour l’été, j’ai réussi à décrocher un stage dans un surf/skate shop à Cannes, depuis j’ai toujours travaillé dans l’industrie du Skate, occupant à peu près tous les postes possibles de préparateur de commande pour V7 Distribution (le principal importateur de distributeur de skate en France) à responsable marketing en passant par manager de boutique pour VANS, commercial, visual merchandiser, etc, etc, je suis un vrai couteau suisse !

J’ai toujours fait un peu de photos, mais je m’y suis mis sérieusement il y a une quinzaine d’années, quand les boîtiers numériques sont devenus accessibles au grand public. Je commençais à m’ennuyer sur ma board, j’avais perdu du pop, la motiv, je venais d’être papa, je n’avais plus vraiment le droit de me blesser… La photo ma donné un nouveau souffle pour rester dans le skate tout en acceptant de pratiquer et vivre ma passion différemment.

Passion For Dinausor Mathieu Claudon
No-comply to tailslide by Aymeric Nocus, shot by Mathieu Claudon
Etienne, après la documentation du skate en France par des locaux dans ton premier livre, tu passes à la docu du skate à Paris avec ton compère photographe Mathieu Claudon.
Comment est-ce que la collaboration s’est faite ? Et à quel moment vous vous êtes dit “Aller on y va !” ?

Avec Mathieu, on s’est rencontré alors que je terminais “Skateurs Ordinaires”. J’avais besoin de photos des bassins de la tour Eiffel et d’archives de la marque de skateshoes éS. Je l’ai contacté, on s’est vu et on a bien accroché.

Quand mon éditeur m’a lâché à quelques semaines de l’impression, j’ai fait le tour de tout Paris pour essayer de replacer mon manuscrit. Chez Eyrolles, ils ont trouvé le projet trop personnel et ne correspondant pas à leur catalogue. Par contre, ils cherchaient à faire un livre sur le skateboard depuis un moment déjà. Ils m’ont dit que si je revenais les voir avec un projet, on pourrait en discuter sérieusement.

J’ai appelé Mathieu direct ! Il ne m’a pas dit oui de suite.

L’opportunité était belle, c’est sûr, encore fallait-il trouver une idée, une BONNE idée. On a fait le tour de tout ce qui avait déjà été fait… et il a fini par trouver le concept en partant de la réflexion qu’il fallait que ce soit un truc que l’on puisse faire sans budget, donc en restant à Paris.

Vla la catastrophe quand on a reçu le bon à tirer… C’était juste HORRIBLE. Imagine un mix entre un livre de timbres et un album Panini…

 

La ville et ses arrondissements nous donnaient un découpage naturel du livre, le sujet était pertinent à l’international, Paris étant la ville la plus visité au monde, et on pouvait même le décliner en série en faisant d’autres villes du globe.

On tenait un vrai truc !

 

De l’idée à la réalisation, il s’est passé combien de temps ?
Et comment est-ce que vous vous y êtes pris pour faire la sélection d’images ?

Au final, il nous aura fallut près de deux ans… On ne peut pas vraiment dire que l’on ait été aidé par la maison d’édition… Sans rentrer dans les détailles, en gros, tout ce qu’ils voulaient, c’était avoir pour une date X, 2 fichiers. Un avec les photos, un avec les textes. Le reste, ils voulaient absolument s’en charger…

Vla la catastrophe quand on a reçu le bon à tirer… C’était juste HORRIBLE. Imagine un mix entre un livre de timbres et un album Pannini…

Jusqu’à six photos par page, toutes les séquences montées à l’envers (si si c’est possible), des images d’ambiance en double page et pixellisées… La totale. On a donc complètement recomposé le livre, à l’ancienne, avec des ciseaux et du papier, en deux jours.

On s’est pointé au meeting final avec notre manuscrit “handmade” en leur disant qu’ils avaient vraiment fait de la merde et, qu’en gros, soit on sauvait les meubles avec ce que l’on avait réussi à bricoler, soit le livre ne se ferait pas du tout. La sélection des images s’est donc un peu faites par défaut, faute d’avoir eu la main sur la maquette dès le début. On ne s’en sort pas si mal, mais ça aurait pu être vraiment mieux.

Etienne Bouet Mathieu Claudon Skate Interview 15RED-XV-skateRed Xv Mathieu Claudon Eda

Oh ok, une vraie bonne galère. Du coup, faire des livres c’était “fun” mais vous avez voulu pousser le truc plus loin avec RED XV. Tu peux nous décrire le projet ?

Après Paris, Skate In The City on avait envie de continuer à faire des trucs ensemble. Dans l’édition, on avait bien quelques idées, mais on avait été pas mal refroidi par notre expérience avec Eyrolles et j’étais un peu frustré de ne pas avoir pu vraiment m’exprimer artistiquement sur le projet.

J’ai commencé à peindre sur des photos d’architecture que j’avais faites, des aplats rouges pour couvrir le ciel et mettre en valeur les bâtiments. J’ai ensuite demandé des photos de skate à Mathieu, des trucs très “skate” généralement shootés au fisheye, pour tester le process dessus.
On a fait une petite expo avec ça. C’était sans grande prétention, plus un truc pour se faire plaisir.

L’idée de base était là mais le concept pas totalement aboutit. Il y avait un peu l’architecture d’un coté et le skate de l’autre. On avait les ingrédients mais pas encore tout à fait la recette. Dans les mois qui ont suivi, Mathieu a reconnecté avec un pote galeriste qui était intéressé pour faire une expo autour de Paris Skate In The City. Le livre était un peu derrière nous et on avait déjà bien fait le tour du sujet. Il lui a donc montré sur quoi on travaillait avec RED XV et on a signé notre première véritable expo digne de ce nom.

Ca nous a obligé à poser vraiment le concept pour avoir une unité dans les œuvres. Mathieu fait les photos, moi la peinture.

Avec Paris Skate In The City, l’œil de Mathieu a changé. Le fait que le livre traitait autant de Skateboard que de Paris l’a amené à intégrer de plus en plus l’architecture dans ses clichés. C’est donc sur ce type de photos que j’ai commencé à peindre et ça a plutôt bien fonctionné. On a eu un retour très positif de la part de collectionneurs et vendu plusieurs œuvres.

Excellent ! D’ailleurs, c’est quoi la toute première oeuvre que vous avez faites ? C’était la plus compliqué ou la plus simple à réaliser ? Et est-ce que vous avez un certain process pour les créer ?

La toute première ? Je ne sais plus… Un truc d’architecture pur je crois…

Ca n’a pas été hyper dur à faire car le principe est assez simple en faite. C’était simplement du masquage et de la peinture à la bombe à l’origine.

C’est quand tu commences à approfondir que ça devient plus compliqué. Trouver le bon papier photo, le bon scotch, la bonne peinture, le bon cadre, etc, etc… Et le bon cliché bien entendu !

Le processus est souvent le même. Mathieu m’envoie des photos, ou je lui demande des trucs que j’ai vu sur son Instagram, je fais des tests sur l’ordi et on voit si ça fonctionne. Quand ça marche vraiment bien, je fais faire un tirage et j’attaque le masquage et la peinture.

RED XV Board

On est rentré en contact à partir du moment où vous avez introduit un côté objet avec vos oeuvres en planches de skate. Par contre, je ne t’ai jamais demandé pourquoi vous êtes venu à ne pas vous contenter du format du tableau ? ?

Pour RED XV, on avait effectivement 2 œuvres à base de boards de skate. Pour la demi board “Life after Death”, je l’avais trouvé par terre dans la rue à Paris, avec un truck Independent noir et des roues rouges, pile dans notre code couleur ! C’était un signe, il fallait en faire quelque chose. J’avais un tirage dont j’avais raté la peinture, le tout s’est transformé en sculpture.

Pour le triptyque “Don’t miss the train”, on adorait l’image. Malheureusement, Mathieu n’a eu l’occasion de la shooter que le lendemain d’un jour de pluie. Le toit du train était mouillé et il était vraiment trop dangereux pour le skateur de faire le gap avec une prise d’élan et une réception trempées, même en ollie. Donc on voit juste un skater passé d’un wagon à un autre avec sa board sous le bras… C’était cool d’utiliser une photo sans tricks, très « skatelife ».

Placer l’image sur un triptyque de board c’était recréer le lien avec le skateboard et donner une autre dimension à l’image. En plus, si les trois boards sont séparées, ça donne plus rien visuellement. Mettre des boards dans l’expo c’était aussi un bon moyen d’expliquer à un public de galerie d’où nous venons, de matérialiser le skateboard en tant qu’objet mais aussi en tant que support créatif. Dans l’art, comme dans la pratique.

Etienne Bouet Mathieu Claudon Skate Interview 7

Et finalement, vous y revenez avec votre nouveau projet « Unconcrete Architects « . Les photos restent en noir et blanc mais vous ajoutez 4 couleurs et des traits d’architectures. Est-ce que tu peux expliquer le concept ?

“UNCONCRETE ARCHITECTS” est la suite de RED XV. L’idée est d’aller plus loin, de pousser le côté architecture/design. C’est au moment de “Paris, Skate in The City” que l’on a pris pleinement conscience de l’importance de l’architecture dans notre vision du Skateboard.

Le concept de base de la nouvelle série est de renforcer le côté architectural de notre travail en s’inspirant des plans d’architectes modernes comme Le Corbusier, Finn Juhl, Alvar Aalto et le Bauhaus. Je suis très fan de l’esthétique de cette époque. Pour les couleurs aussi, on s’est inspiré des projections réhaussées à l’aquarelle des “modernists”. Après quelques mois de tests, on a trouvé un bon équilibre.

Les clichés sont donc de plus en plus architecturaux dans le choix des prises de vue et des compositions. Maintenant que nous savons plus ou moins où nous allons, Mathieu shoote avec ces nouveaux paramètres en tête.

Mon travail de peinture lui aussi a évolué. Sur RED XV je ne masquais que de petites parties, l’image d’origine restait très présente. Aujourd’hui, je n’hésite plus à transformer totalement la photo pour lui donner une toute autre dimension. Je joue aussi sur la transparence et les matières… Mathieu est souvent le premier surpris du résultat en redécouvrant des clichés dont il n’était pas pleinement satisfait au moment du shooting. On a passé un cap je pense.

L’expo au Art Ride à San Sébastian était une super découverte et un bel hommage à des légendes présentes. Est-ce que tu peux nous parler des premières oeuvres que vous avez présenté ?

C’était bien cool le Art Ride oui ! C’était la toute première fois que nous présentions les œuvres de “Unconcrete Architects”. On ne voulait pas en révéler trop, d’où l’idée des portraits. Ca faisait longtemps que Mathieu voulait faire un truc autour de sa collection de portraits de légendes du Skateboard qui sont en fait, les architectes de notre discipline.

Il y avait donc du sens de traiter une série de portraits de la même manière que nos futurs tableaux. On savait que Steve Caballero et Christian Hosoi seraient présents, c’était l’occasion rêvée de leur rendre hommage et de leur présenter notre travail. Ils ont vraiment apprécié si j’en crois leurs posts sur leurs comptes Instagram.

Tu viens de m’envoyer une superbe planche que vous avez réalisé. C’était compliqué à composer ? La contrainte du format skate, t’as challengé ou ça a été très facile ?

Le format, c’est l’association LEARN AND SKATE, qui nous l’a imposé.

On s’est rencontré au Art Ride, Jean Claude a aimé notre travail et nous a demandé si on pourrait lui faire une board pour les prochaines enchères de son association. On a donc réalisé cette board spécialement pour l’occasion.

Mathieu shoote assez peu au format “portrait” je n’avais donc pas un très grand choix dans les images à ma disposition. J’avais déjà travaillé sur la photo utilisée pour la board. Je sentais le potentiel mais rien de vraiment concluant n’était ressorti des essais.

Etienne Bouet Mathieu Claudon Skate Interview 4

Avec les contraintes dues au format de la board, ça a finit par matcher ! L’alignement vertical des immeubles, du skateur, du plan incliné, du sol et de l’éclairage public fonctionne vraiment bien. Personnellement, avec Mathieu, on préfère les choses brutes d’où le choix de la board uncut. A l’usine ils collent grossièrement les 7 Plis d’érable et forment le concave des boards dans la presse. La board n’est découpée à la forme voulue qu’ultérieurement.

Choisir de travailler sur une board uncut c’était aussi l’occasion de marquer notre différence et de casser le côté “popsicles” du skateboard, qui, à notre avis, a beaucoup appauvrit le skateboard culturellement à partir du milieu des années 90 en standardisant l’objet.

Après, au niveau technique, on a voulu garder le bois donc on a découpé et collé la photo. Pour le reste, on a utilisé nos techniques habituelles : peinture transparentes en bombes et Posca.

D’ailleurs, je suis curieux d’avoir ta vision du skate et de l’art dans les années à venir ? Que ce soit autant sur les graphismes de skate, la photo de skate que les oeuvres pures comme les vôtres ?

Vaste question… Aussi vaste que le skateboard en 2018 en fait. J’ai envie de te répondre comme quand on me demande quelle est la meilleure époque du skate à mon sens. Pour moi, la meilleure époque, c’est maintenant.

Pour la première fois de notre courte histoire, tout est disponible en terme de matériel et donc de pratique. Cela signifie que plusieurs générations de pratiquants vont rouler ensemble et donc pouvoir échanger culturellement. Le danger pour moi, c’est la pensée unique.

Cela a failli tuer le skate plusieurs fois déjà, à la fin des 70’, des 80’ et même des 2000’… La force du skateboard c’est que ce n’est pas un sport et qu’au delà de l’activité physique il y a une culture super riche qui touche à absolument tous les aspects de la société.

Etienne Bouet Mathieu Claudon Skate Interview 12

L’important, à une époque où les marques de sport, ont mis la main sur une partie du business et tout fait pour que le skate soit aux Jeux Olympiques, c’est de cultiver cette culture, ça fait clairement parti de la démarche que nous avons avec “Unconcrete Architects”.

Je n’ai pas de boule de cristal, difficile de dire ce que l’avenir nous réserve. Ce que je sais c’est que nous avons une certaine vision du skateboard et de sa culture et que l’on va continuer d’essayer de véhiculer tout ça.

Et c’est quoi la suite de ‘Unconcrete Architects’ ? Toujours plus d’oeuvres pour toujours plus d’expositions ?

Ah Ah Ah Ah Ah Ah ! On n’en n’est pas encore à la suite, on vient juste de commencer !

Plus sérieusement, la suite immédiate c’est d’abord la vente au enchères au bénéfice de l’association Learn And Skate au CRUSH WALLS Urban Festival de Denver (USA) début Septembre.
Une petite expo au Black Shop Paris en novembre pour préparer la grosse expo en galerie pour février 2019. Stay tuned !

Et 8 dernières questions en speed :
ÉTIENNE

PIÈCES UNIQUES OU PRODUCTION DE MASSE : Pièces uniques

TRAVAIL À LA MAIN OU PAR ORDI : Ordi pour les croquis / A la main pour le rendu final et les matières

SKATE & CREATE OU SKATE & DESTROY : Il faut créer pour détruire

CE QUI TE BOOSTE : Découvrir et faire de nouvelles choses

CE QUI TE RALENTI : Le sommeil

TRICK PRÉFÉRÉ : Salad grind mais j en fait plus depuis longtemps

SKATER PRÉFÉRÉ : Kris Markovich

TON RÊVE : Toujours faire ce que j’aime

MATHIEU

PIÈCES UNIQUES OU PRODUCTION DE MASSE : Pièces uniques

TRAVAIL À LA MAIN OU PAR ORDI : Je shoote tout en manuel et je fais très peu de retouches

SKATE & CREATE OU SKATE & DESTROY : You have to destroy to recreate

CE QUI TE BOOSTE : Les belles rencontres, les échanges productifs et le punk rock

CE QUI TE RALENTI : Le temps et l’argent

TRICK PRÉFÉRÉ : Un beau ollie, un peu sadé, simple, propre, stylé

SKATER PRÉFÉRÉ : Impossible de répondre à cette question au singulier…

TON RÊVE : Vivre de mon art

Un grand merci à vous deux ! Est-ce que vous avez une dernière chose à ajouter ?
Étienne :

Un Big up Jean Claude et LEARN AND SKATE pour qui on a réalisé la board !!! Son association aide les kids des pays défavorisés, notamment en construisant des skateparks mais aussi bientôt des écoles… Pour trouver l’argent nécessaire, il crée des expositions de boards de skate et les fonds des enchères servent au financement des projets. Merci à lui et Learn and Skate !!!

Mathieu :

Un grand merci à tous les skaters avec qui je roule et que je shoote. Merci pour la confiance et l’inspiration, sans vous rien ne serait possible. Merci aussi à toi de nous donner la parole et de promouvoir tout l’aspect artistique qui entoure le skateboard en espérant se recroiser très vite, sur un spot, dans une expo, à un concert ou simplement autour d’un verre, parce que c’est ça le skate, un simple morceau de bois qui nous rassemble.

Etienne Bouet Mathieu Claudon Skate Interview 19

www.instagram.com/edaisnotacrime
www.instagram.com/captainconso

Total
53
Shares

Souscrire

Souscrire à la newsletter

The "MailChimp Token" field in the Settings → MailChimp is required!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.